Sauvegarde de l'espace naturel

Enjeux: Un patrimoine naturel à préserver

Avec ses quelque 1800 hectares de verdure aux portes de l'agglomération dijonnaise, le plateau sud-dijonnais est largement utilisé comme espace de détente par les usagers locaux; en particulier sur le territoire de Chenôve, aménagé d'un Crapa, de pistes VTT, de larges chemins, d'aires de jeux...

photo d'une aire de jeux à Chenôve

photo d'un chemin à Chenôve, avec 1 promeneur à pied et un autre à cheval

 

 

 

 

 

 

 Aire de jeux à Chenôve          Large chemin à Chenôve

Néanmoins, il s’agit de concilier les activités récréatives humaines avec l'objectif de conservation des milieux parfois fragiles et des richesses naturelles de ce territoire (richesses reconnues jusqu'à l'échelle européenne, comme en témoigne son inscription à l'inventaire ZNIEFF et au sein du réseau Natura 2000).

photo

    PhalPhalangère à fleur de lysangère à fleur de Lys          
                                                         Mante religieuse

 

Les pelouses calcaires en particulier, apportent une tonalité méridionale aux paysages du plateau du Sud Dijonnais. Dans un contexte national de développement de la trame verte et bleue (1), l'enjeu lié aux pelouses calcaires du plateau du sud-dijonnais est double;

- la préservation d'un milieu semi-naturel hébergeant plus du quart de la flore bourguignonne, 20% de la flore protégée de bourgogne, 70% des reptiles et 40% des lépidoptères d'intérêt régional

- la conservation de la trame régionale (le réseau) de pelouses calcaires. 

"Les pelouses calcaires, qui reflètent les influences climatiques variées de Bourgogne, figurent parmi les habitats naturels les plus emblématiques et les plus représentatifs de notre région. Ces espaces semi-naturels, qui constituent un énorme réservoir de biodiversité, sont fortement menacés. Il y avait par exemple 44 000 hectares de pelouses calcaires en Côte-d’Or en 1926, et on estime actuellement ce chiffre à 4 200 hectares. La nécessité de maintien de ces milieux morcelés, qui jouent un rôle considérable pour le maintien de la diversité biologique et la fonctionnalité des corridors écologiques (trame verte), est aujourd’hui acquise". (Atlas cartographique des pelouses calcaires de Bourgogne, 2012)

Pour en savoir plus....

Différents leviers d'action

photo de traces de pneus sur une pelouse calcaire

photo d'un foyer de feu

 

 

 

 

 

 

 

Les activités humaines peuvent avoir un impact négatif sur les milieux naturels. Intrusions de véhicules à moteur (notamment quads et motos) sur des pistes et espaces interdits à la circulation, création de pistes multiples par les cyclistes ou piétons, fragmentant les pelouses calcaires, abandons de déchets, foyers de feux (voire incendies), etc....; autant de pratiques que le SIPLASUD cherche à enrayer:

- organisation de conférence-débat périodiques sur le thème des loisirs motorisés et des problèmes engendrés sur le plateau, avec les utilisateurs et professionnels concernés

- installation de dispositifs de fermeture à la circulation (barrière, empierrement, panneaux), notamment dans le cadre global du plan de fréquentation de la Côte dijonnaise (2010-2013)Panneau de fermeture à la circulationBarrière plateau à Couchey

 

 

 

 

 

 

Par ailleurs, il est de la responsabilité du SIPLASUD de préserver les richesses en présence, et notamment les milieux dits "patrimoniaux" tels que les pelouses calcaires. Celles-ci peuvent être menacées de disparition par l'absence d'entretien (jadis effectué par le pâturage des animaux), et par la multiplication des résineux, qui se sèment naturellement en dehors des plantations. Le SIPLASUD travaille alors en collaboration avec la Communauté de Communes du Canton de Gevrey-Chambertin, structure animatrice du dispositif Natura 2000, afin de trouver des solutions.

Après quelques décennies qui ont vu progressivement avancer l'embroussaillement et la fermeture des pelouses calcaires, les actions de conservation des ces milieux patrimoniaux ont débuté.

De 2010 à 2015, dans le cadre des mesures compensatoires au réaménagement de la RD 108, le Conseil départemental a mené un projet de restauration et d'entretien de certaines pelouses du plateau sur Chenôve et Marsannay-la-Côte, tout en effectuant un suivi ornithologique de l'avifaune via la Ligue de Protection des Oiseaux de Côte d'or.

En 2015, le SIPLASUD s'est engagé dans un Contrat Natura 2000 (subventionné par l'Union Européenne et l'Etat) visant la restauration de pelouses calcaires de l'ouest du plateau de Chenôve.

En 2016, il a été décidé de mettre en oeuvre un entretien de ces pelouses restaurées, conformément aux objectifs du site Natura 2000. Un pâturage extensif en automne et en hiver représente la meilleure solution pour une conservation des pelouses en bon état écologique. Ainsi, les communes de Chenôve et de Marsannay-la-Côte, propriétaires des terrains, ont été invitées à signer une convention d'occupation du domaine privé communal, tandis que le cahier des charges que l'exploitant devra respecter est rédigé et contrôlé par la Communauté de Communes de Gevrey-Chambertin.

A noter que des actions de restauration et d'entretien de pelouse sont réalisés sur la commune de Couchey depuis 1994 (voir un bref historique).photo du champ de tir

Quant au champ de tir, il reste terrain de  manœuvre pour les élèves de l'école de Gendarmerie qui s'installe sur le site de la BA 102.

 

 


 (1) La Trame verte et bleue est une politique nouvelle issue du Grenelle de l'environnement visant à intégrer la biodiversité dans les décisions d'aménagement du territoire, en s'attachant à la préservation et la remise en bon état des continuités écologiques.